News | Le groupe | Discographie | Download | Tribute Bands | Maiden On Tour | La Vierge de Fer | Liens | Contact | Guestbook

En vrac

Line-up actuel

Ex membres

Le groupe

Adrian Smith

Adrian SmithAdrian Smith est guitariste au sein d'Iron Maiden. Né le 27 février 1957 à Hackney (Londres), Adrian fait ses débuts avec Dave Murray dans le groupe Evil Ways de 1972 à 1974. Puis il fait partit d'Urchin de 1974 à 1980. C'est en octobre 1980 qu'il se joint à Iron Maiden, et remplace Dennis Stratton. Il enregistra un album solo avec d'anciens mambres d'Urchin en 1989 et décida de quitter Maiden en janvier 1990. Après avoir formé un groupe du nom de Untouchables en 1992 qui devient Psycho Motel, il se joint à Bruce pour deux disques. Adrian fait son come back avec Maiden début 1999.


Adrian Smith vu par Bruce Dickinson

Quand j'ai rencontré Adrian pour la première fois, moi j'étais dans Samson, et lui venait juste de rejoindre Iron Maiden. On n'arrêtait pas de se croiser dans différents studios, nous on faisait le deuxième album de Samson et lui était sur 'Killers.' C'était le petit nouveau du groupe, et moi j'étais rudement impressionné par son jeu de guitare. Et puis il était rock'n'roll à fond : tout maigre, le teint blafard, il avait l'air vraiment cool! Dans un monde qui grouille de guitaristes interchangeables qui ont tous étudié la même chose et finissent par avoir tous le même son, Adrian a développé un style qui lui est vraiment propre.

Son jeu paraît nonchalant, on dirait presque que les notes tombent les unes sur les autres, mais en fait ce n'est pas le cas. Ce qui se passe c'est que l'on reste suspendu à chaque note qu'il joue, parce qu'on ne sait pas vraiment ce qui va se passer ensuite.

Je pense que l'un des plus grands morceaux qu'il ait jamais composé figure sur le nouvel album : 'Paschendale.' Quand j'écrivais et je composais avec lui pour l'album j'ai remarqué qu'il avait plein de Siegfried Sassoon et autres livres de guerre étalés tout autour de lui, et il se documentait pour ce morceau. C'est un titre fantastique, qui évoque à merveille la terrible période de la guerre - une pièce musicale impressionnante de dix minutes.

La philosophie d'Adrian, il me semble, remonte à un truc dont on a parlé un soir de beuverie. Il s'était retourné et m'avait dit : "Le truc avec moi, c'est que tout ce qui m'intéresse c'est de chanter un peu et de jouer," et ça c'est la base de tout ce qu'est Adrian.